Recherche

Vous trouverez sur cette page une description succincte de mes recherches ainsi que de  certains projets de recherche auquel j’ai participé ou que j’ai organisé.

Ils sont regroupés ici par thématiques.

Controverses, affaires & environnement

Alimentation, risques & santé

  • « À L’EAU  ! L’eau, une boisson pour jeunes ? » Analyse des discours et mise en scène des pratiques de consommation de l’eau de boisson (depuis juin 2015) – Financé par la Fondation NESTLE  (18.000€)
  • Projet FOODRISK (2013-2015) : De la décision à l’information sur les risques : construction, déconstruction & reconstruction de l’information alimentaire. (6.000€)
  • Projet RISK (2012-2013) : Risque, Communication & Développement Durable (15.000€)

Organisations, relations publiques et crises

Une grande partie de mes travaux se concentre sur la communication organisationnelle, les risques et la communication environnementale avec comme angle d’approche les stratégies de communication (internes et externes) et de relations publiques des différents acteurs – institutions, société civile, associations, ONG, lobbies, industrie. Je m’intéresse tout particulièrement aux controverses, polémiques et affaires dans l’espace public avec pour objet d’étude l’alimentation et la santé.

Ma thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication portait sur la question de la transparence dans l’évaluation du risque des pesticides et des OGM au travers de l’ «Affaire Séralini ».

  • Partenariat avec Nijni-Novgorod University : Aspects sociopolitiques du développement et de l’usage des Technologies Nano-Bio-Info-Cognitives (2011-2012). (6.000€)
  • Projet de recherche international avec l’Ecole des Mines d’Ales et le German Center of Energy Resources : Mesurer la perception et l’acceptation des sources d’énergies chez les jeunes adultes.

Avec Thierry Libaert, nous avons notamment travaillé sur la communication sur les sujets sensibles et produit quelques articles sur cette thématique, en lien avec l’éthique de la communication et des relations publiques.

Transparence, éthos et numérique

La question de la transparence occupe une grande partie de ma recherche, en lien avec les stratégies de communication digitale des organisations tout comme celles des individus sur les réseaux socio-numériques. Ces travaux s’inscrivent plus largement dans une réflexion sur les humanités numériques.

Au sein du GRIPIC, j’ai eu l’opportunité de coordonner un projet de recherche sur une plateforme de pétitions en ligne (www.wesign.it) de 2013 à 2014. J’ai également participé au développement et à l’analyse d’un dispositif de contenus pédagogiques en ligne (SPOC) pour des apprentis en Master du CFA-FormaSup de 2014 à 2015

Avec un collègue américain, Nick Gillewicz, nous avons travaillé à la relecture des travaux de Michel Foucault au prisme des médias informatisé et nous avons proposé le concept de digital parrhesia.